MENU

LA REPETITION Guy Bedos / Muriel Robin
Ils sont tous les deux seuls sur scène, avec le script du sketch
VOIX OFF du metteur en scène
: En place, en place pour la répétition
ELLE : Ordure
LUI : Salope
ELLE : Fumier
LUI : Vieille vache
ELLE : Je te craches dessus pauvre con
LUI : Tu veux ma main dans ta vieille gueule de pute ?
ELLE : Essaie pauvre larve
LUI : Vieille pétasse
ELLE : Pauvre impuissant
LUI : J'te démoli
ELLE : Lopette
LUI : Poufiasse
ELLE : Va te faire machiner
LUI : Oh ça suffit
VOIX OFF : Attention, attention, y a autre chose mon chou : « Va te faire machiner »… Le texte, le texte ! LE TEXTE ! « Va te faire machiner » y a autre chose.
ELLE : Va te faire machiner sale con, j'avais oublier « sale con » !
VOIX OFF: Et oui ! Attention au texte mes enfants. « Va te faire machiner » tout seul comme ça, c'est plat, c'est plat. Le texte, LE TEXTE MON CHOU !
LUI : J'avoue que c'est une écriture c'est, c'est… c'est d'une telle densité cet… ce… cette langue, c'est tellement…
ELLE : Hum...
LUI : Hein ?
ELLE : D'accord, qu'est ce qu'on fait ? On passe la nuit là dessus ou on l…
VOIX OFF : Attention les enfants, je profite que la répétition soit arrêtée pour vous dire quelques p'tites choses à propos de la scène que nous venons de voir.
ELLE : Bon
VOIX OFF : Surtout pour toi ma chérie ( Silence ). Je vous aient bien écouté, ça manque un peu de poésie tout ça. Attention, attention, la dimension poétique, pas de réalisme les enfants ou alors un certain réalisme, une certaine couleur. J'ai déjà demandé, ce fameux réalisme irréel. ( Silence ) N'est ce pas mon chou ?
ELLE : Ben, hein ? , C'est pas… Hein, on cherche, on tâtonne
VOIX OFF : Tu joues en vert mon chou. C'est du MAUVE que j'voudrais, du Mauve !
ELLE : Et ben j'vais tâché de faire du mauve !
VOIX OFF : Allé, on reprend
ELLE : Hum, hum
VOIX OFF : Reprenez où vous avez arrêté
LUI : Oh ça suffit
ELLE : John
VOIX OFF : OLA, ola, ola, ola chérie, chérie, chérie, mon chou, tu dis « John »…
ELLE : Oui…
VOIX OFF : … mais c'est pas « John », c'est « Joohnn ». Dans « Joohnn » il y a : « Cessons de nous déchirer John. Tu es mon mari, nous sommes des amis d'enfance. Quand on s'est connus, souviens toi, j'avais 17 ans toi 18. Nos parents avaient loué pour les vacances, deux maisons mitoyennes dans le quartier résidentiel de Malibu … Quelquefois, à la tombée du jours, tu enfourchais ta motocyclette et en cachette de mon père, le pasteur, j'y grimpait aussi, en amazone, et nous partions serrés l'un contre l'autre pour de longue balade… « Joohnn, souviens toi, Joohnn »
Ils le regardent tous les deux, bouchebés.
ELLE : Faut mettre tout ça dans John ?
LUI : Ouais
ELLE : John … John c'est un peu court, c'est… c'est … c'est léger pour s'défendre… 4 lettres… Je… je peux pas épeler ?
VOIX OFF : Bon, bon, bon, allé, on y reviendra, enchaînons, enchaînons…
LUI : (Il s'approche vers elle) Une cacahuète ?
VOIX OFF : Non, NON, NON, non mon vieux. Qu'est ce que tu joues là, qu'est ce que tu me fais ? C'est un autre répertoire, c'est n'importe quoi, c'est nono, nanette ! Attention, attention, d'abord prend ton temps, va les cherchées.
LUI : Eeehh, Quoi ? … Ah, les cacahuètes, oui !
VOIX OFF : Oui, vas-y prend ton temps. Compte douze… Un – deux – trois – quatre – cinq – six – sept – huit – neuf – dix –onze – douze.
LUI : ( Il fait les douze pas, pour arriver jusqu'à elle ) Une cacahuète ?
VOIX OFF : Tu n'es pas handicapé, il faut trouver la motivation profonde de ton geste. C'est le SEXE évidemment.
En même temps :
ELLE / LUI : Ah bbb.. ah bon ???
VOIX OFF : Et oui, et oui. Recommence, compte !
LUI : (il refait douze pas pour arriver jusqu'à elle) Un – deux – trois – quatre – cinq – six …
VOIX OFF : Vas-y, tu as soudain follement envie de la culbutée sur la table de la cuisine
ELLE : HEIN ???
VOIX OFF : Ca fait des mois que vous n'avez pas fait l'amour ensemble et tout à coup, le désir, le désir, le désir, compte, compte, COMPTE.
LUI : Sept – huit – neuf – dix –onze – douze. Une cacahuètes ?
ELLE : J'ai entendu ce que tu as dit tout à l'heure à Margaret.
LUI : Oui
ELLE : Elle te plaît la petite Margaret ?
LUI : Elle est rigolote !
ELLE : oublie cette fille John, je te l'demande. Ne tourne plus autours de Margaret, pas d'Margaret, je te l'demande !
VOIX OFF : Ola, ola, ola, chérie, chérie, chérie ?
ELLE : Oui ?
VOIX OFF : Attention, tu m'as fait un p'tit contre sens là mon chou. C'est pas la scène, c'est pas ça. Tu ne fais une scène de jalousie à John. Physiquement, tu te fou complètement de John. C'est ton mari, mais çà fait longtemps que c'est mort entre vous deux, tu comprends ?
ELLE : Ok
VOIX OFF : Tu ressens plus rien pour lui.
ELLE : Ok
VOIX OFF : Non, c'est la fille que tu aimes.
ELLE : Ah bon ?
VOIX OFF : C'est Margaret. Tu es amoureuse de Margaret, tu comprends ?
ELLE : Ah, je suis amoureuse de la fille. Ah oui, là c'est déjà plus corsé !
LUI : J'étais, j'étais un p'tit peu gêné ! C'est mieux ?
ELLE : hum
LUI : C'est plus, c'est plus, hein ?
VOIX OFF : Bien, restons sur le coup les enfants. Allé, allé, on s'endort, on s'endort, restons sur le coup. Reprenons au début s'il vous plait, du mauve s'il vous plait, du MAUVE !
ELLE : Ordure
LUI : Salope
VOIX OFF : Du mauve, DU MAUVE,…
ELLE : ORDURE
LUI : SALOPE
ELLE : ORDURE
LUI : SALOPE
VOIX OFF : DU MAUVE,…
ELLE : ORDURE
LUI : SALOPE